Explorez

La région Ouest

L'Ouest est une région de démesure : 700 kilomètres séparent Channel-Port aux Basques, au sud-ouest, du site viking de l’Anse aux Meadows, à la pointe de la Grande Péninsule du Nord. Entre ces deux points, 1,25 milliard d’années ont lentement façonné un paysage unique et grandiose : on y trouve les monts Long Range, le mont Gros-Morne (2e plus haut sommet de l’île qui culmine à 806 m), des fjords creusés par les glaciers, des milliers de kilomètres de côtes, beaucoup d’héritage français et une faune et une flore caractéristiques. Sans compter la péninsule de Port-au-Port qui abrite le berceau de la francophonie terre-neuvienne.

Nos incontournables

Le lieu historique national de L’Anse aux Meadows

Imaginez… Nous sommes aux alentours de l’an 1000, tout au bout de la Grande Péninsule du Nord, sur la côte ouest de Terre-Neuve. Un bateau émerge lentement de la brume et jette l’ancre dans une baie tranquille. À son bord, Leif Erickson et ses hommes, de fiers Vikings en provenance du Groenland. Ils s’apprêtent à mettre le pied en Amérique du Nord, bien avant les grands explorateurs européens tels Colomb, Cabot ou Corte Real. Sur place, ils construiront un campement et nommeront l’endroit « Vinland ».

La péninsule de Port-au-Port

La péninsule de Port-au-Port est le berceau de la francophonie terre-neuvienne. C’est la seule région de la province où la population, née à Terre-Neuve, est de descendance acadienne ou française depuis plusieurs générations. Certaines familles acadiennes s’installèrent le long de la baie St. George après la déportation de 1755. Ce même littoral fut aussi occupé par des établissements de pêche français, également fréquenté au printemps par des pêcheurs de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Le parc national du Gros-Morne

Quand on découvre pour la première fois ce lieu hors du commun, on comprend facilement pourquoi il aura fallu plus de 485 millions d’années à Mère Nature pour lui donner naissance. Ici, se succèdent et s’entremêlent vallées glaciaires, forêts, littoral dentelé, plages et tourbières, pour former un écosystème unique au monde. C'est là que les géologues ont découvert des preuves tangibles de la théorie sur la dérive des continents et c’est l’un des seuls endroits sur Terre où l’on peut fouler le manteau terrestre.

La péninsule de Port-au-Port est le berceau de la francophonie terre-neuvienne. C’est la seule région de la province où la population, née à Terre-Neuve, est de descendance acadienne ou française depuis plusieurs générations.

Poursuivez votre exploration

Le French Shore Interpretation Centre

Situé à Conche, le French ce lieu retrace l’épopée des terras-neuvas. On peut, entre autres, y admirer l’impressionnante tapisserie du French Shore. Créée dans le style de la tapisserie de Bayeux par des femmes de la région, cette broderie longue de 67,7 m retrace l’histoire locale de la préhistoire à nos jours. ¬Au bord de l’eau, une croix en bois en mémoire d’un capitaine français marque le début d’un ancien sentier menant à des installations de pêche française, aujourd’hui pavé de bois.

La réserve écologique de Burnt Cape

Cette réserve, située tout au nord de la péninsule et entourée sur trois côtés par les eaux froides du détroit de Belle Isle, bénéficie de conditions parmi les plus arctiques de l’île. Ce climat froid, associé à un paysage unique et à un sol riche en calcium, permet à plus de 300 espèces de plantes de pousser ici, dont environ 30 espèces rares. On trouve notamment la potentille, ou quintefeuille, de Burnt Cape – elle ne pousse d’ailleurs qu’ici – ou encore la Braya de Fernald. À noter : les véhicules doivent demeurer sur la route et il est interdit de visiter le site lorsque le sol est mouillé (après une pluie ou à la fonte des neiges).

Exotisme nordique à Burgeo

La route 480 s’échoue à Burgeo, une petite communauté de 1300 habitants sur la côte sud-ouest de l’île. Avec sa collection de maisons côtières colorées, d’îles verdoyantes, d’anses et de fjords, la région est prisée des kayakistes de mer. Prudence sur la route car vous pourriez y croiser orignaux et caribous. De là, vous pouvez prendre le petit traversier pour l’île de Ramea, à proximité.

Au coeur du French Shore

La poignée de communautés situées le long de la côte Est de la péninsule étaient autrefois des stations de pêche d'été françaises, appartenant à l'ancien French Shore. Les petits villages pittoresques de Croque et Conche au bout des routes 438 et 434 valent le détour, pour leurs panoramas et pour leur patrimoine français. À Croque, établissement officiel de la station française au 19e siècle, on retrouve des hangars de pêche traditionnels, un cimetière français et des gravures de marins français datant de l’époque.

Le parc provincial des Arches

À environ 15 km au nord du parc national du Gros-Morne, le long de la route 430, ce site tient son nom des arches rocheuses naturelles, créées par l’action des marées, que l’on peut observer depuis les tables de pique-nique à proximité. Le soir, on peut aussi y admirer de sublimes couchés de soleil, mais le camping n’est cependant pas permis.

La Bay of Islands, éden du randonneur

Cette destination est l’un des secrets les mieux gardés de l’île! La route panoramique le long de la rive sud de la Bay of Islands (James Cook’s Trail), sur la route 450 en direction de Lark Harbour, est un véritable régal pour les yeux. Entouré de beautés montagneuses, de vues panoramiques sur la mer et de petits villages de pêcheurs pittoresques, vous y trouverez également certaines des meilleures randonnées pédestres de Terre-Neuve, notamment le populaire sentier Cape Blow Me Down, long de 3,8km et de niveau modéré à difficile.

St. Anthony, bourg du nord

La plus grande communauté de la Grande Péninsule du Nord s’appelait autrefois Saint-Antoine. On y pêche entre autres la crevette nordique, et la région est réputée pour avoir la plus grande population d’orignaux au monde ! Le Grenfell Interpretation Centre à St. Anthony raconte l’histoire d’un médecin philanthrope qui dispensa des soins de santé dans les villages isolés des côtes nord de Terre-Neuve-et-Labrador. L’hôpital régional, fondé par le Dr. Grenfell, dessert aujourd’hui encore toute la région, y compris la côte du Labrador.

Le phare de Rose Blanche

À l’est de Port-aux-Basques, tout au bout de la route panoramique 470, se dresse une sentinelle de granit. Les passionnés de phares n’ont d’autre choix que de s’y rendre pour contempler et visiter ce monument historique du 19e siècle. Quant au village qui l’abrite, Rose Blanche, sa désignation est une déformation de « Roche Blanche », nommé ainsi par les pêcheurs français au 18e siècle en raison du quartz blanc qui décore la côte. On peut d’ailleurs observer ce phénomène géologique depuis Diamond Cove.

Deer Lake, portail du nord

Deer Lake a été fondée vers les années 1860 à des fins d’exploitation forestière. À l’entrée ouest de la ville se trouve une station hydroélectrique locale, construite à l’origine pour alimenter en électricité la papeterie de Corner Brook. Aujourd’hui, Deer Lake est un centre de distribution pour la Grande Péninsule du Nord et la porte d’accès au parc national du Gros-Morne.

Un instant...

Sur la route du nord, les paysages majestueux du parc national du Gros-Morne laissent place aux rivages dénudés du détroit de Belle Isle. Les communautés le long de cette partie de la côte se situent entre la mer et la montagne.

Planifiez votre visite